Keleier e brezhoneg abaoe 2005

La baïsson, le divoué naçiona berton

16 000 den a varv bep bloaz gant ar c’hrign-bev abalamour d’an alkool.

Les Bertons ont eune ohi1, un divoué naçiona : la baïsson. Parai come les Indiens d’Ameriqe, je somes eune naçion de beuvochous, de saolards, d’avinacës. E pâs-meins, faot point n’en conter. Hopala ! Ét imperminz ! Dire ela ét “doner du pomë a la qhulier és françaez”2, pari ? Permier “és jacobins qi sont tenant a déler su nous-aotrs”. Tenant la méme dréne3, cai…

E pâs-meins, ét vra. La baïsson ét notr divoué naçiona e permier ét un debrouilla socia céz les jieunes. Dès aossitot le colaïje qheuqes faïs, les jieunes de par céz nous sont amiélës par la baïsson. Avaïr sa permiere avouilléy4 ét bétot ergardë come un rite de passaije, un rolon5 d’amontë. Pour yétr grand faot baïre. E qhi dire de la drogue q’ét le rolon d’aprés. Le folbourier6 permier e pés la cocaïne ou je n’sës qhi d’aotr…

Le pus pire ét qe la mouvance bertone, “l’Emsav”, devraet yetr du devant7 pour c’qe n-i a de luter contr le divoué de la baïsson. Nen s’avize tertout tout come ben qe, den nos campaignes permier, ét parai come du pouézon. Un pouézon socia. Qe la baïsson ét a touer notr peupl. Meins dame nenna, l’Emsav ét li etout den la baïsson diq’ao biniou ! “Un bon sonou ét un bon beuvou” pa ? Je n’sës mai pus coment q’l’ét astoure meins un moment de temp, falaet vaer les sossoneriys8 den les bagads les saïrs de concoureriys parème. Des ribotes ! Des ventréys ! ‘la taet a qhi taet le pus divalabl. E li q’i beuvaet le pus, qi taet le pus chaode-baïr, coti net o les cônes den le fein, sti-la taet le heroz de la saïréy !

Hontabl ! La penelle, la vra penelle…

Le maez de jenvier-la ét le “Dry January”, ét a dire qe le monde se promettr de ne point baïre durant tout le maez-la. Qhi q’i seraet ozou assë, qheuru assë pour sieudr la pouche-la en Bertègn ? Publliqement ben sûr ! Je seraes mai d’amain qe n-i araet des siens den la mouvance bertone a haoper le monde de Bertègn a runjer su le perbleme de la baïsson den le peupl berton. Si qe la mouvance bertone a un p’tit de couraïje e d’amour du monde de par céz nous, o n’a q’a yetr du devant den la luterie-la a lever de cai pour q’ela chanjeraet !

Les devizeriys su “l’estatut de demeurant” fut eune vra belle avanjéy deja. Pour eune faï, la mouvance bertone ne sieudit point la pouche des partis françaez, ne fut point le branchaije berton des partis françaez de gaoche ou de drete. Se chevi du debrouilla de la baïsson seraet, la etout, eune luteriy ren qe bertone, Especifiqe ! N-i a pâs-meins des baïssoniérs âillou, vère meins dame anendret9 n-i a de mouvance politiqe a luter contr la baïsson. Les irlandaez d’Irlande du Haot ont, yeûs, des etourous contr-la-drogue (i n-n’a zû etout en Corse), b’ame nous-aotrs j’arions des païssous contr la baïsson. “Châqe ouéziao treu son nic biao” e “châqe payiz son ohi” !

“Folayeriy” s’etoneront10 d’aoqhuns. La folayeriy e la lâchetë ‘la seraet putôt de ressieudr de méme.

Qhession’ous don châqe su votr lian o la baïsson…

Fabien Lécuyer

Geriaoueg :

1Namm

2“Ober c’hoari ar c’hallaoued, ar jakobined”

3Atav ar memes tra a vez klevet

4Pifad, sac’had

5Da vout pignet ur vazh ouzhpenn

6Butun drol

7Bout e penn ar stourm

8Evadegoù, lonkiri

9E lec’h ebet

10A hucho o foan (fals-mignon)

  • Ur pennad embannet en niverenn 866 – d’ar 14 a viz Genver 2022

KOUMANANTIÑ : AMAÑ

Da lenn

Ya! zo o klask

Da lenn ivez