Keleier e brezhoneg abaoe 2005

QHI, CAI

Qhi qe tu dis ? Je ne ouais ren… Qhi qe t’âs dit ? Més caoze pus haot !… Ha, tu ne comprends pâs qhi qe je dis… C’ét ma qhéssion qe tu comprends pâs. Coment qe je des le dire don ?… Qhi ?… Més je ne te caoze pouint de mai, ni de tai, ni de la vaizine… Qhi ?… Haaa, j’e comprinz ! C’ét qhi qi te detourbe. C’ét pâs de qheuq’un q’on caoze, c’ét de qheuqe chôze… Cant je dizaes “Qhi qe tu dis ?”, je te demandaes qheuqe chôze, pâs qheuq’un.

Pour tout vous esplliqer, la Haote-Bertagne se partaije en deûz : la siene de gaoche, eune bone part des Côtes-d’Armor, tout le Morbihan e tout le païz de Gherrande, dit qhi pour le pournom de qhéssion portant su le monde e tout le reste, e la siene de drete, toute l’Ile-e-Vilaine e le haot de la Louere-Atlantiqe dit cai pour tout pâssë le monde. Le bâs de la Louere-Atlantiqe ét en je-ne-ses entere les deûz, come le pouetevin. E pés du côtë de Saint-Berieu i n’n a qi dizent qhai /tchè/ : “Qhai ce qe tu dis ?”

Si les siens de galerne dizent “Qhi qe tu dis ?”, les siens de soulaire dizent “De cai qe /dekak/ tu dis ?” ou “Cai qe /kak/ tu dis ?” ou “Qe qe /kek/ tu dis ?” ou “Qe c’ét-i qe /kesétik/ tu dis ?” ou “De qe c’ét qe /deksék/ tu dis ?” ou “Cai s’ét-i qe /kaysétik/ tu dis ?”… Cant on vait si tant de formes pour pôzer la méme qhéssion, on comprend mieûs pourcai la forme qhi a prinz le dessu par endret : o yelle terjou, gn’a ren q’eune forme, més ole a un defaot : on ne set pouint si qhi se raporte a du monde ou a de cai.

Anet je vâs deplletter su de cai se raportant a l’orine du mot cai. On vait quai ecrit q-u-a-i pour la permiere fai ao diz-setieme siecl dan un texe ecrit en megnaod. Ao Môyen Âje on ecrivet quei q-u-e-i. E ça venet du latin quĭd, formë su la rie indo-uropiene *kw– come l’irlandéz cad, le berton petra (*kw devient p en berton, sonjéz dan le latin quinque e le berton pemp), l’anglléz what (du vail anglléz hwæt eyou qe le k ét devenu h), le grèqe ancien ti (*kw devient p ou t en grèqe, sonjéz dan le latin quattuor e le grec ancien tettares), le russe tchto, le persan tshi, le sanscrit kim

Més je n’alons pâs bourder là, le pournom de qhéssion latin quĭd qi vlet dire “de cai ? Qheule afére ?” tet le neutre du masqhulin quis qi vlet dire “qhi ? Qheu persone ?”. Son pournom relatif tet quī o un i long, il a donë notr qi pournom relatif (on dit /ki/ sans mouillûre) e notr qhi forme axentuée servant de pournom de qhéssion, de méme qe cai ét la forme accentuée de qe. Le latin quis tet li etout formë su la rie *kw– q’on va reterouer en irlandéz , en berton piw, en anglléz who, le grèqe ancien tis, le russe kto, le persan ki, le sanscrit ka

On retreûe la méme rie dan l’adverbe de temp e de qhéssion cant, du latin quando : en irlandéz cathain, en berton pa, en anglléz when, le grèqe ancien potê, le russe kogda, le persan kay, le sanscrit kadā

E c’ét core la méme rie dan l’adverbe d’endret e de qhéssion eyou, du latin ŭbi, en pllace de *quobi : en irlandéz , en berton pelec’h, en anglléz where, le grèqe ancien pou, le russe kouda, le persan kojâ, le sanscrit kva

Qhi qe vous nen sonjéz ? Pardon, de cai qe vous nen sonjéz ? Nenni, qhai ce qe vous nen sonjéz ? Qe qe vous nen sonjéz ? Quid de tout ce cai ?… A tatôt !

R. Auffray


Ur pennad embannet en niverenn 904, d’ar 7 a viz Here 2022.

  • Prenañ an niverenn-mañ e stumm PDF (1 €) : amañ
  • Koumanantiñ : amañ

Da lenn

Ya! zo o klask

Da lenn ivez